ovulation acné

Les cycles anovulatoires

anovulatoires

L’acné et l’anovulation, deux conditions cliniques distinctes, peuvent parfois partager des causes communes, révélant des interactions complexes entre le système endocrinien et la santé reproductive.

L’acné, caractérisée par l’apparition de boutons et de lésions cutanées, est souvent liée à des déséquilibres hormonaux, notamment une production excessive d’androgènes. L’anovulation, caractérisée par l’absence d’ovulation, peut également résulter de perturbations hormonales similaires.

Ces deux conditions peuvent ainsi être les manifestations d’un même trouble sous-jacent, comme le SOPK, une hyperandrogénie, des irrégularités hormonales comprenant plusieurs hormones. En explorant le lien entre l’acné et l’anovulation, il est crucial de comprendre comment les dysfonctionnements hormonaux influencent simultanément la peau et le cycle menstruel.

 

Qu’est-ce que l’anovulation ?

Les cycles menstruel anovulatoires (anovulation) sont des cycles durant lequel aucun ovocyte n’est libéré par les ovaires.

Il n’y a pas d’ovulation. Pour des raisons qui restent à expliquer et qui peuvent être multiples selon chaque femme, l’ovulation ne se fait pas systématiquement à chaque cycle menstruel. La plupart du temps on s’en rend compte lorsqu’elle décide de fonder une famille, et d’avoir un enfant. Un trouble de fertilité se présente jusqu’à ce que l’on diagnostique une anovulation. 

 

Ce n’est pas toujours facile de se rendre compte avant car certaines femmes ont quand même leurs règles plus ou moins régulièrement. Il est possible de ne pas ovuler mais d’avoir ses règles. Tout comme sous pilule, nous n’ovulons pas mais les règles seront présentes par la chute hormonale.

 

acne ovulatoire

Sans ovulation, il n’y a pas de formation de corps jaune et donc pas de production de progestérone. Plusieurs problèmes peuvent en résulter. L’un d’eux concerne la présence tout au long du mois d’oestrogènes non contrebalancés avec tous les effets secondaires pouvant en résulter et entraînant le syndrome prémenstruel. Il sera alors important de faire des analyses et examens approfondis pour en connaître la raison.

 

La courbe de température peut s’avérer être un outil indispensable pour orienter le gynécologue lors du diagnostic. Tracer sa courbe de température basale permet de détecter sa date d’ovulation grâce au changement de température qui accompagne cet évènement. En cas de cycle anovulatoires, la courbe de température sera plate.

Il s’agit d’une bonne technique pour confirmer que l’ovulation a bien eu lieu ou qu’elle est absente.

Il existe également des tests d’ovulation en cas de cycle anovulatoires (de type Clear Blue), même si cela reste moins précis que d’apprendre son corps par la symptothermie.

 

Les causes possibles de l’anovulation

Il y a plusieurs causes possibles à un cycle anovulatoire :

  • Un déséquilibre hormonal ou chimique, cause la plus fréquente (cela représente 70 % des cas);
  • Un problème fonctionnel, comme un mauvais fonctionnement des ovaires, dans 10 à 15 % des cas (ceci pourrait être dû à un choc émotionnel par exemple);
  • Les ovaires ont subi des lésions physiques, sont absents ou ne contiennent pas d’ovules, ou présentent une anomalie congénitale. Ces problèmes représentent 10 à 15 % des cas d’anovulation.

 

Plus concrètement, en naturopathie, on pense à plusieurs possibilités :

  • Syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)
  • Résistance à l’insuline et troubles glycémiques
  • Carence en fer, zinc, sélénium, vitamine D
  • Dénutrition, alimentation pauvres en calories
  • Diète pauvres en glucides
  • Excès de phytoestrogènes tels que le soja
  • Stress
  • Taux de prolactine élevé
  • Périménopause
  • Intolérance au gluten
  • Trouble de la Thyroide

 

Les symptômes

ovulation acneL’anovulation est accompagnée de certains symptômes. Il est important de noter cependant qu’ils ne se manifestent pas tous nécessairement en même temps :

  • Absence de règles ou aménorrhée chez environ 20 % des femmes qui ont des problèmes d’ovulation.
  • Règles peu fréquentes ou peu abondantes chez environ 40 % des femmes ayant des problèmes d’ovulation.
  • Règles irrégulières c’est-à-dire dont la longueur des cycles est variable (5 cycles par an sont 5 jours plus longs que la moyenne pour ces femmes).
  • Une absence de sensibilité ou des douleurs aux seins se retrouvent chez environ 20 % des femmes ayant des problèmes d’ovulation.
  • Un développement de la pilosité corporelle ou faciale (tels que le SOPK).

 

Pour faire simple, la priorité est de réaliser des examens afin d’être sûre de ne souffrir d’aucun pathologie, de carence, ou autres. Car si l’organisme se voit à manquer ou est sous carence, les hormones se mettront en « pause » pour subvenir aux autres besoins. Idem, si l’organisme met ses réserves énergétiques du corps pour faire face à un stress ou à une agression stressante, l’organisme se met en « veille ».

 

Le stress, une cause souvent oubliée

Le stress fait partie des nombreux facteurs capables de provoquer des cycles anovulatoires. Au cours de son évolution, le corps sait que le stress ne crée pas un environnement propice à la grossesse. En règle générale, des exercices trop violents (ou sport de compétition par exemple) et un régime hypocalorique occasionnent des cycles anovulatoires. L’organisme ne sera pas prêt à accueillir un futur petit être car il n’est pas lui même suffisamment en sécurité.

 

Il ne faut pas oublier que le stress est lié à une hormone : le cortisol. Hormone indirecte de l’acné, fabriquée par les glandes surrénales, le cortisol est un messager chimique ayant pour but de stimuler la sécrétion d’androgènes et donc de testostérone : les hormones de la force, de l’énergie. Ce point concernant autant les hommes que les femmes.

 

Les cycles anovulatoires peuvent être notamment liés à une autre cause, indépendant de notre volonté. Il s’agit d’une exposition aux xénohormones (des hormones synthétiques capables d’imiter nos propres hormones entraînant une perturbation hormonale négatif), principalement apportés par des facteurs extérieurs (produit chimique, environnement, médication durant la grossesse de la maman…) qui endommageront les follicules ovariens et entraînera plus tard dans la vie adulte de l’enfant une défaillance folliculaire.
Cela ne signifie pas pour autant que l’on ne peut rien faire. Dans ces cas là, adopter une bonne hygiène de vie pourra améliorer cet équilibre hormonal même par manque d’ovulation.

 

 

 

 

Vous souhaitez une consultation personnalisée avec moi ?

Quelques disponibilités sont en ligne, via l’agenda de réservation ci-dessous :

PRENDRE RENDEZ-VOUS

La consultation se déroule par visio (skype ou via un lien de connexion).

Ce sera avec plaisir de vous aider personnellement. Ayant moi-même souffert de l’acné durant plus de 10 ans, j’ai à coeur de trouver une solution pour tous. Ne souffrons plus d’acné 💪

Partagez cet article :

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email
Pour plus d’informations sur la cause de votre acné, vous pouvez retrouver la plateforme et les différentes formules .
Cette plateforme s’adresse à toute personne prête à s’investir dans la recherche profonde de son acné, avec des ressources fiables, un soutien et un vécu personnel.

Vous aimerez aussi :

Leave a comment