plants herbs

Les plantes que je ne conseillerais pas en première intention

Je vais vous citer quelques plantes dont je ne conseillerais pas en tant que naturopathe en première intention. C’est à dire, si vous n’avez jamais testé au préalable des plantes ayant une action hormonale, ou bien si vous n’avez pas consulté de naturopathe, de phytothérapeute ou autres professionnels ayant des connaissances sur les plantes. Ou si vous ne connaissez pas parfaitement votre profil hormonal avec une analyse de sang.

Car, une plante ne devrait pas être choisie seule sans avis d’un professionnel (médecin, phytothérapeute, naturopathe…). Une plante n’a jamais une seule propriété mais diverses et multiples. Toutes plantes doivent être choisies avec sérieux et rigueur selon les symptômes et bilan de santé de la personne. Même si vous semblez avoir le même profil que votre amie et qu’elle vous conseille absolument d’essayer une plante qui a fonctionné pour elle, ne tombez pas dans le piège. Il n’y a qu’un pourcentage de chance que cela vous corresponde à vous aussi. La majorité des plantes dont je vais vous citer sont des plantes ayant une action oestrogènes-like qui peuvent à la fois perturber votre équilibre hormonal et votre acné. Ou bien avoir une action stimulante sur vos hormones.

Les plantes citées, qu’elles soient utilisées en tisane, gélule, teinture-mère, EPS peuvent avoir le même impact sur vos hormones.

DES QUESTIONS ? N’hésitez pas à me laisser un commentaire, je vous répondrais 🙂

Voici la liste !

actée plantes

Actée à grappes noires

– cimicifuga racemosa –

L’actée à grappes noires a une action oestrogénique, très reconnue pour soulager certains symptômes de la femme, notamment lors de la ménopause. Mais en naturopathie, nous la conseillons avec parcimonie. Car ces effets indésirables limitent la consommation à beaucoup de personnes.

Cette plante peut occasionner des troubles gastro-intestinaux, des sensations de lourdeurs dans les jambes, des maux de tête, des étourdissements, un gain de poids ou des spasmes. Si ces derniers symptômes sont déjà présents on comprendra les raison de l’éviter.

L’actée à grappes noires peut également interagir avec d’autres plantes hormones-likes ou certains médicaments à base d’hormones féminines, ou en cas de prédispositions familiales au cancer du sein ou de l’utérus.

plantes

Dong Quai

– Angelica Sinensis –

Le Dong Quai, n’est pas à confondre avec l’angélique – Angelica archangelica.

Non conseillé en première intention, sans analyse et sans bilan personnalisé car elle a une action oestrogénique et anti LH. On la recommande pour soutenir de nombreux troubles féminins et améliorer la circulation sanguine. Souvent conseillé lors du cap de la ménopause ou lorsque les oestrogènes diminuent. C’est une plante tonique, dont on peut lire parfois sur certains sites qu’elle est conseillée pour toutes les femmes. Oui, mais non ! S’il y a une hyperoestrogènie, vous verrez vos symptômes se décupler.

gattilier plantes

gattilier

– Vitex agnus castus –

C’est l’exemple concret d’une plante très régulièrement conseillée pour l’acné avec un déséquilibre du cycle ou règles absentes. Une plante connue de tous, en lisant quelques articles sur internet ou dans nos magazines. Pourtant, en naturopathie, on nous indique bien qu’il s’agit d’une plante non anodine. On dit que le gattilier est progestérone-like. C’est vrai, mais pas que ! Le gattilier travaille plus en profondeur par son action sur l’hypophyse. Le gattilier va augmenter la sécrétion de LH et diminuer celle de la FSH et de prolactine. Ce qui va équilibrer indirectement les hormones féminines (progestérone et oestrogènes). Ainsi, si vous n’avez pas réalisé de « bilan hormonal » en testant votre LH, FSH, prolactine… prendre le Gattilier sans connaître l’équilibre de ces hormones, vous risquez d’aggraver la situation. C’est un peu la loterie, soit cela fonctionne et vous avez de la chance. Soit votre hypophyse va très bien, et le Gattilier pourra modifier votre équilibre et empirer l’acné. Pourquoi prendre le risque quand on peut bien faire les choses ? 🙂

houblon

Houblon

– Humulus Lupulus –

Le houblon, une merveilleuse plante relaxante que l’on retrouve très régulièrement dans nos tisanes et compléments « bien-être » pour la femme. Et pourtant, elle est phyto-oestrogènes et davantage conseillée pour des profils étant en manque d’oestrogènes. Elle peut accentuer les règles douloureuses, ainsi que les migraines. En revanche, si l’on manque d’oestrogènes, ces symptômes pourraient disparaitre. A chaque profil hormonal, SA plante !

Bon à savoir : s’il y a des prédispositions familiales au cancer du sein et du col de l’utérus, le houblon sera à éviter.

MACA

– Lepidium meyenii –

La Maca est une plante fortement réputée pour la fertilité, principalemment masculine, mais aussi de plus en plus utilisée par la femme. Car la maca a la propriété de stimuler les glandes du corps pour produire les hormones dont le corps a besoin. Elle contient des substances naturelles qui stimulent l’hypothalamus et la pituitaire, stimulant alors les ovaires, et notamment la thyroïde. On comprendra vite par ces quelques explications qu’il s’agira d’une plante à conseiller pour uniquement certains profils hormonaux et non à “toutes”. Car à “trop” stimuler nos hormones nous pouvons faire pire que ce que l’on souhaitait au départ. La Maca est régulièrement utilisée avant la ménopause ou lors d’absence de règles. Mais assurez-vous avant que la problématique recherchée soit bien adaptée avec la Maca. A noter qu’il est recommandé de faire des cures de 2 à 3 mois de Maca et de ne pas prendre cette plante au long cours.

plantes

Réglisse

– glycyrrhiza glabra –

Il s’agit d’une plante relativement connue par son effet secondaire sur la tension. Elle est déconseillée lorsque l’on souffre d’une hypertension. On évitera de la consommer sur du long terme, que cela soit en forme de tisane, ou en gélules. Elle est contre-indiquée notamment lors de troubles rénaux et hépatiques, ou avec certains traitements.

sauge

Sauge

– Salvia officinalis –

Une plante que l’on trouve régulièrement dans les compositions de tisanes pour tout nos troubles féminins. C’est un peu regrettable. A partir du moment où une plante à une action hormonale, on a tendance à l’utiliser pour « tout » et « à toutes ». Alors qu’idem, la Sauge va correspondre qu’à un certain profil de femme. La sauge peut fortement aider comme aggraver votre équilibre. La sauge officinale est très puissante et riches en phyto-oestrogènes. On ne l’utilisera qu’en cas de soupçon ou d’oestrogènes avérés relativement bas (par exemple, via une analyse ou symptômes évocateurs). Elle a une action tonique sur l’utérus et peut accentuer le flux durant les règles si on souffre d’hyperménorrhée.

saule

Saule blanc

– Salix alba –

On adore le saule mais on le craint ! Tout simplement par ses effets indésirables nombreux et ses contre-indications, et interactions avec d’autres plantes. On n’utilisera jamais la saule seul(e), sans avis médical. Une raison principale est que les contre-indications sont identiques à celles de l’aspirine. Pour toutes personnes allergiques aux salicylates, aux anti-inflammatoires non stéroïdiens, le saule blanc est interdit. Notamment pour les personnes souffrant d’ulcères de l’estomac ou du duodénum ou encore par des personnes sujettes aux hémorragies. Cette plante médicinale est déconseillée également aux personnes asthmatiques, malades des reins ou souffrant de gouttes. Et bien sûre, chez les femmes enceintes ou durant l’allaitement.

Ses effets secondaires peuvent être de réactions allergiques (urticaire, crise d’asthme, démangeaisons) et des troubles digestifs (diarrhées, nausées). D’un point de vue hormonal, le saule blanc est une plante pouvant réduire la libido.

yam hormones

YAM

– Dioscorea villosa –

Le Yam est catégorisé en tant que “progesterone-like” ou comme alternative au DHEA dans l’organisme. Mais il se comporte plutôt comme un modulateur de récepteurs cellulaires. Il est même un stimulant endocrinien, pouvant augmenter à la fois les oestrogènes, la progestérone et la S-DHEA après seulement quelques semaines de prise.

Ses effets de stimulation ovarienne sont parfois très utiles lorsqu’il y a une insuffisance de sécrétion visible sur analyse de sang. Mais si ce n’est pas le cas, on l’évite ! D’où pourquoi il s’agit d’une plante que l’on ne conseillera pas en première intention sans vérification et bilan hormonal.

POUR EN SAVOIR +

Dans le module « Boite à outils et guide pratique », je vous partage l’ensemble des plantes, vitamines & minéraux en détails

selon chaque problématique de A à Z liée à l’acné, que cela soit hormonale, digestive, stress, carence, cicatrisation de la peau…

pour mieux prendre conscience du pouvoir des plantes selon son profil.

Partagez cet article :

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email
Pour plus d’informations sur la cause de votre acné, vous pouvez retrouver la plateforme et les différentes formules .
Cette plateforme s’adresse à toute personne prête à s’investir dans la recherche profonde de son acné, avec des ressources fiables, un soutien et un vécu personnel.

Vous aimerez aussi :

guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x